ESTELLE LAGARDE
"De Anima Lapidum"
LA COLLECTION
"40 photographies pour 40 bougies"
CAROLINE CHIK
"Humanité"
JEAN-CLAUDE DELALANDE
"Quotidien"
MATHIAS GRENNHALGH
"Wallsekaai 47 (FOMU)"
RAPHAEL HELLE
"Dérèglement"
MIREILLE LOUP
"Beneath-beyond"
MARIE MONS
"Aurore Colbert"
CLAIRE ET PHILIPPE ORDIONI
"Portraits baroques"
ANITA POUCHARD-SERRA
"Urbanités latentes"
MELANIE WENGER
"Marie-Claude, la dame aux poupées"
ADRIEN BASSE-CATHALINAT
"La ligne"
BENJAMIN JUHEL
"ARK"
ERIC DROUSSENT
"Décalage immédiat"
JEAN PELLAPRAT AVEC JEREMY PAON
"ON-OFF // Grenoble"
FRANCESCA DAL CHELE
"Le passé de l'avenir"

 

CLAIRE ET PHILIPPE ORDIONI

''Portrait baroque''

Au centre des expositions Paul Courboulay / Le Mans

Ordioni Portrait baroque2 28Les Portraits baroques sont une poésie post-apocalyptique... une civilisation à l’air désespéré, des bribes d’archétypes, un blanc sali qui tente une aristocratie trash. L’ombre d’une dégénérescence humaine cachée sous le fard, les plumes et les dentelles abîmées, avariées. Une dignité de la survie. Un au-delà du No future.
Rodia Bayginot


Les Portraits baroques étant nés d'une recherche de personnages pour un scénario de science-fiction, ce n'est pas un hasard si les photos évoquent un univers cinématographique. Dans un futur où les gens auraient été dépossédés de leur humanité, des individus à bout de force luttent pour de ne pas sombrer dans l'oubli et la démence.
Les Baroques apparaissent enfermés, amputés, censurés, payant quelque inaptitude ou désobéissance. Tout en remuant notre histoire, collective ou personnelle, ils nous livrent la leur à travers un regard parfois anxieux, souvent égaré, mais indéfectiblement digne.
Claire Ordioni

CLAIRE ET PHILIPPE ORDIONI réalisent des séries de « portraits baroques » qui nous questionnent sur la marginalité, la folie, notre rapport à la différence. Soutenus par le magazine Compétence Photo pour les Zooms du Salon de la photo, ils exposent régulièrement en France et à l’étranger.
Philippe ORDIONI :
En 2008 avec la collaboration de Rodia BAYGINOT, plasticienne, il réalise un « work in progress » comprenant plus de 2000 portraits. Depuis 2010 il imagine avec sa fille Claire, un univers baroque donnant lieu à de nombreuses séries.
Claire ORDIONI :
Comédienne en constante exploration des arts du jeu, de la mise en scène et de l'image. Traumatisée par « Frankenstein ou le Prométhée moderne » de Mary Shelley et l’œuvre d'Isaac Azimov, ses travaux s'en font ressentir d'une manière générale.