ESTELLE LAGARDE
"De Anima Lapidum"
LA COLLECTION
"40 photographies pour 40 bougies"
CAROLINE CHIK
"Humanité"
JEAN-CLAUDE DELALANDE
"Quotidien"
MATHIAS GRENNHALGH
"Wallsekaai 47 (FOMU)"
RAPHAEL HELLE
"Dérèglement"
MIREILLE LOUP
"Beneath-beyond"
MARIE MONS
"Aurore Colbert"
CLAIRE ET PHILIPPE ORDIONI
"Portraits baroques"
ANITA POUCHARD-SERRA
"Urbanités latentes"
MELANIE WENGER
"Marie-Claude, la dame aux poupées"
ADRIEN BASSE-CATHALINAT
"La ligne"
BENJAMIN JUHEL
"ARK"
ERIC DROUSSENT
"Décalage immédiat"
JEAN PELLAPRAT AVEC JEREMY PAON
"ON-OFF // Grenoble"
FRANCESCA DAL CHELE
"Le passé de l'avenir"

 

Christophe Hargoues

''LES RÉSISTANTS''

À la médathèque Louise Michel / Allonnes

Hargoues PierrePortais 060couleur Les Photographiques

L’île de Sein est un caillou de 58 ha au large de la pointe du Raz, d’une altitude moyenne d’un mètre cinquante où un millier de personnes séjournent l’été et 120 îliens y vivent l’hiver.
Lorsqu’on habite sur ce confetti, on devient très vite humble face aux éléments. Les violentes tempêtes des dix dernières années ont ouvert des brèches non seulement dans les digues de protection, mais également dans les consciences des habitants face à l’urgence climatique.
Paradoxalement, l’île de Sein n’est pas un modèle de vertu écologique. N’étant pas rattachée au continent pour son alimentation en électricité, c’est une centrale au fioul gérée par EDF qui, brûlant plus de 400 000 litres de fioul, fournit de l’électricité pour les besoins des îliens conduisant ainsi à rejeter plus de 1200 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Pourtant l’énergie est là, disponible, illimité : du vent, des courants marins, du soleil.
Partant de ce constat d’évidence, certains habitants de l’île ont décidé de se mobiliser et d’agir en constituant en 2013 une société pour passer aux énergies renouvelables, s’affranchir du fioul et gagner l’indépendance énergétique. Mais l’opérateur national qui détient le monopole s’y oppose fortement. La bataille est désormais sur le terrain juridique avec des recours nationaux et européens.
Réalisée entre novembre 2016 et février 2018, cette série de portraits de sociétaires, d’adhérents, ou de simples sympathisants du projet énergie IDSE (*) veut être une photographie originale d’un groupe de personnes atypiques qui, amoureux de leur territoire, prennent leur destin en main.

 (*) IDSE : Île de Sein Energie :
société composée de 66 sociétaires dont 40 îliens

 En partenariat avec la ville d’Allonnes et la médiathèque Louise Michel

Allonnes2010coul   Louise MichelCoul web

Christophe Hargoues : Ma première vie est ‘‘forestière’’. Ingénieur de formation, je travaille au sein de cette filière pendant 8 ans.
En 2007, je sors du bois et décide d’entrer en photographie. Parallèlement à mes commandes réalisées essentiellement dans la photographie sociale, mes travaux personnels s’orientent naturellement vers des univers graphiques et composés, décalés, parfois teintés d’humour et de poésie.
Né à Montpellier en 1973, je vis et travaille sur Paris.
Expositions :  2010 : série ‘‘Caddies®Superstar’’, Galerie Images de Fer, Paris VI. 2012 : série ‘‘Caddies®Superstar’’ - Mois Off 2012, Paris I. 2014 : série ‘‘Train’Somnie’’, Biennale Internationale de l’Image, Nancy. 2016 : série ‘‘EXTRA/ordinaire’’, finaliste Bourse du Talent BNF catégorie Portrait #66. 2017 : série ‘‘EXTRA/ordinaire’’, Les Photographiques, Le Mans. 2017 : série ‘‘EXTRA/ordinaire’’. Lauréat Concours Sophot 2017 - Paris IV. 2018 : série ‘‘Les Résistants’’, finaliste Bourse du Talent BNF catégorie Portrait #74.